Skip to main content

Chaque jour, nous croisons des personnes sourdes et malentendantes sans nous en rendre compte. En effet, la surdité est considérée comme un « handicap invisible » et qui est méconnu du grand public. Faisons un petit tour d’horizon ensemble pour vous faire découvrir et vous faire mieux comprendre quelques bases sur la surdité.

Quelques chiffres sur la surdité

  • D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on compte plus de 1,5 milliard de personnes sourdes et malentendantes dans le monde.
  • Environ un nouveau-né sur 1 000 naît sourd chaque année en France.
  • En France, il y a plus de 7 millions de personnes sourdes et malentendantes (soit environ 11 % de la population). La majorité d’entre elles communique en français en s’appuyant sur la lecture labiale et les sons perçus (avec ou sans aides auditives).
  • Plus de 280 000 personnes pratiquent la langue des signes française (LSF), en France.
  • 20 % des personnes portent des appareils auditifs.
  • En France, 80 % de la population sourde a des difficultés plus ou moins importantes avec l’écrit. Ces difficultés sont principalement dues à un système d’apprentissage inadapté : difficile d’apprendre phonétiquement une langue que l’on n’a jamais entendue ! Privées d’audition, les personnes sourdes compensent en développant des compétences visuelles. La langue des signes est pour de nombreuses personnes sourdes, la langue la plus naturelle pour s’exprimer. Sa syntaxe est très différente de celle du français écrit qui devient alors une seconde langue pour les personnes sourdes, parfois difficile à maîtriser.

Ces chiffres montrent l’importance de favoriser l’accessibilité des personnes sourdes et malentendantes dans la vie quotidienne et professionnelle : vie sociale, accès à l’information, accessibilité téléphonique, insertion scolaire et professionnelle… Et ainsi rendre la société plus juste et plus inclusive pour tous.

La surdité : c’est quoi ?

La surdité est le fait qu’une personne perçoit peu ou ne perçoit plus les sons (bruits environnants, parole, etc.). La surdité est un « handicap dit sensoriel ». Elle peut concerner une seule oreille ou les deux oreilles.

On distingue plusieurs intensités de surdité, à savoir :

  • la surdité légère qui se situe entre 20 et 39 décibels (baisse de la perception des bruits faibles ou aigus) ;
  • la surdité moyenne qui se situe entre 40 et 69 décibels (la personne ne comprend que si son interlocuteur élève la voix) ;
  • la surdité sévère qui se situe entre 70 et 89 décibels ;
  • la surdité profonde qui se situe au-delà de 90 décibels (la personne n’entend plus les bruits, ni la parole).
degre de surdite - blog elioz

La zone de la parole, qui a une forme de banane d’où son nom « la banane de la parole », est la première impactée par la surdité. C’est donc la compréhension qui devient impossible pour la personne sourde ou malentendante (cf. www.lobe.ca/fr).

Par ailleurs, nous vous présentons ci-dessous la répartition de la population française concernée par la surdité en fonction du degré de celle-ci :

repartition differentes surdites en France - blog Elioz

Quels sont les différents types de surdité ?

Tout d’abord, nous allons vous présenter la structure de l’oreille pour mieux comprendre la surdité. Chaque oreille est composée de 3 parties :

  • l’oreille externe capte et achemine la vibration sonore jusqu’au tympan. Elle permet aussi de protéger l’oreille des infections ou de la pénétration de corps étrangers (poussières, etc.) grâce au cérumen.
  • l’oreille moyenne est une cavité qui contient le marteau, l’enclume et l’étrier permettant d’amplifier et de transmettre les vibrations du tympan à l’oreille interne.
  • L’oreille interne est composée du vestibule pour l’équilibre et de la cochlée pour l’audition. Cette dernière contient des cellules auditives qui, une fois stimulées, vont transmettre les informations sonores au cerveau via le nerf auditif afin qu’elles soient traduites.
anatomie oreille - blog elioz

Selon la partie de l’oreille concernée, on distingue 3 principaux types de surdité :

  • la surdité de transmission (oreille externe ou moyenne) qui provient d’un problème de transmission du signal sonore dans l’oreille externe. Elle peut être causée par une malformation congénitale de l’oreille, un blocage mécanique (obturation du conduit auditif par un bouchon de cérumen par exemple), des otites, ou une pathologie comme l’otospongiose.
  • la surdité de perception (oreille interne) qui est une anomalie de la transformation du signal sonore et de l’interprétation de ce signal par le cerveau. Les causes sont variées : malformation génétique, vieillissement, infections (rubéole, oreillons, etc.), traumatisme sonore, prise de médicaments néfastes pour l’oreille (certains antibiotiques, chimiothérapie…), etc.
  • la surdité mixte : il se peut aussi que la surdité concerne à la fois l’oreille externe et/ou moyenne et l’oreille interne (combinaison de la surdité de perception et de transmission).
audiogramme selon le type de surdite - blog elioz

Voici des exemples d’audiogramme tonal en fonction du type de surdité.

La surdité : des profils très variés !

Comme nous le disons chez Elioz : « Il y a autant de surdité que de sourds et malentendants » ! 😊

En effet, la population sourde française est hétérogène : on y trouve les sourds de naissance, les devenus sourds, les malentendants, les personnes appareillées et/ou implantées et celles qui ne le sont pas, les sourds signants qui pratiquent la langue des signes française (LSF), les sourds oralisants, les sourds qui utilisent la langue française parlée complétée (LfPC), etc. En réalité, le monde des sourds et des malentendants est très diversifié !

Il faut également savoir que la surdité ne se résume pas qu’à la dimension physique. En effet, il existe une culture sourde avec une histoire, une vraie langue à part entière, une identité, des représentations artistiques et des années de combat pour faire valoir les droits des personnes sourdes au sein de la société et valoriser la langue des signes qui a été bannie de l’éducation des sourds pendant 100 ans en France, au profit de l’enseignement oral (cf. wikipedia.org).

« Les sourds partagent une manière spécifique de sentir, de voir le monde, d’organiser la vie et ses rapports aux autres et à l’environnement […] en raison d’une condition sociale commune » (Mottez, 1990). En d’autres termes, les personnes sourdes partagent une culture et parler de culture permet de redéfinir la surdité de manière positive.

Attention !

On ne dit pas sourd-muet mais tout simplement personne sourde ou malentendante. En effet, les personnes sourdes et muettes existent, mais elles sont très peu nombreuses. La majorité des personnes sourdes peuvent oraliser et la grande majorité des muets peut entendre.

Et vous, connaissez-vous une personne sourde ou malentendante dans votre entourage ? Ou, vous êtes vous-même sourd.e ou malentendant.e ? N’hésitez pas à échanger avec nous en commentant ci-dessous, par écrit, en LSF ou en LfPC ! 😊